bandeau-negoce.jpg

Richard Comte de la Rivière Pré-d'Auge
1902 - 1993

Le goût d'entreprendre

 

Richard de la Rivière était originaire d'Ecorches, petite commune rurale de l'Orne située à une quarantaine de kilomètres au sud de Lisieux. Il passa une partie de sa jeunesse à Le Pin-la-Garenne dans l'Orne, au château de la Pellonnière. Il avait dix ans, lorsque ses parents vinrent habiter le château familial du Pré d'Auge vers 1912, 1913.

En 1914, la famille quitte la Normandie pour les Pyrénées et habite à Pau où Richard fera ses études. Août 1914, la guerre est déclarée ; Jules, le frère aîné de Richard, est mobilisé en décembre. Gravement gazé, victime de la tuberculose contractée dans les tranchées, Jules décédera en 1924. 

Le père de Richard meurt en 1923 au Pré d'Auge. Sa grand-mère paternelle, Louise de Hémant décédera en 1928 et sa mère, Anne Marie des Hays de Gassart, en 1930.

Modernisation et restauration du château

 

Après le décès de son père, le jeune comte prend en mains le château et les terres du domaine familial. 
Le château méritait des travaux importants "car pendant un siècle, il était resté pratiquement inoccupé, ne servant que de résidence d'été ou de logement pour un régisseur", explique Dominique de Russé (voir historique du château). Dans un premier temps, le comte se chargea des travaux les plus urgents. Par la suite, en 1937, il fit electrifier le château. Quant à l'eau courante, elle sera disponible en 1952 ; acheminée par conduite depuis la fontaine Saint-Méen située en contrebas du château, le relevage étant assuré par une pompe électrique.

Le château eut à subir l'occupation allemande à deux reprises, en 1940 puis en 1944 où il fut "détérioré et pillé par les SS."

 

Toutefois, en 1943, le comte eut la grande satisfaction d'apprendre que le château avait été classé par les monuments historiques ainsi que le chêne et la fontaine Saint-Méen.

Après-guerre, des travaux d'ampleur étaient toujours nécessaires. Il s'agissait de réparer et de restaurer le château pour lui redonner son éclat originel. 
Richard de la Rivière prit sa retraite au début des années 1970. En 1974, de gros travaux sont entrepris par Dominique de Russé et son épouse, Chantal, fille du comte (réfection complète de la toiture,  restauration ou remplacement à l'identique des escaliers, des plafonds et planchers, des portes et fenêtres, et de certaines parties de la façade comme le fronton.

Robert de la Rivière, maraîcher et agriculteur

Dès les années 1920, le comte se lance dans le maraîchage et cultive fraises, poireaux, laitues, radis, pommes de terre.  Il élève aussi des bovins et produit cidre et eaux-de-vie.
En1926, au concours de Crèvecœur organisé par la société d'agriculture de l'arrondissement de Lisieux, il remporte la médaille d'argent pour ses cidres en bouteille.
Par la suite, il collectionnera de nombreuses médailles d'or, d'argent ou de bronze aux concours et foires de la région : Pont l'Evêque, Lisieux, Vimoutiers, Saint-Pierre-sur-Dives.

Portage de l'eau de la fontaine St Méen au château
zoom_in.png

Portage de l'eau depuis la fontaine St-Méen jusqu'en 1952
Photo de droite, Chantal de la Rivière, 17 ans.

Comte Richard de la Rivière Pré-d'Auge

Richard de la Rivière

Concours-agricoles.jpg

Mariage

En 1931, Richard de la Rivière épouse Jacqueline de Riedmatten. Leurs noces ont été célébrées à la mairie et en l'église  du Pré d'Auge.

Jacquellne de Riedmatten est née dans le canton de Valais en Suisse en 1913. Son père, franco-suisse était avocat, sa mère était originaire d'Abbeville dans la Somme. 

Orpheline de mère à 6 ans et de père à 13 ans, elle quitte définitivement la Suisse pour la France.

Le couple donnera naissance à deux enfants, Huguette en 1932 et Chantal en 1935, mariée à Dominique Budan de Russé.

Mariage de Richard et Jacqueline de Riedmatten, 1931

Richard de la Rivière
et Jacqueline de Riedmatten

Richard de la Rivière, négociant en cidre, calvados et vin

Le comte a une passion pour les produits du terroir et la fibre du commerce, le goût d'entreprendre. L'agriculteur devient négociant et vend les produits de producteurs locaux de cidre et de calvados.

Il partage aussi la préoccupation des producteurs de lait, de fromages, de cidre et de calvados de cette époque qui tentent de créer un syndicat pour défendre la singularité des produits fabriqués dans le Pays d'Auge.

4Note sur le Syndicat de la marque d'origine Pays d'Auge

Le comte présente ses produits au Concours Général Agricole de Paris en 1931/32/33/38/39 et remporte plusieurs prix. 
Il entreposera ses tonneaux et bouteilles Cour Valentin à Bercy (12e arrondissement) et au 15, Préau des Eaux-de-vie à la Halle aux vins (5e). 

Citons quelques passages de l'ouvrage "Cidre et Calvados en Pays d'Auge"de Maud Guichard et Benoît Noël

"Très exigeant, le comte sélectionne les meilleurs produits locaux, tous garantis par le "Syndicat de la marque d'origine Pays d'Auge" dont le timbre est apposé sur toutes les bouteilles. Il crée plusieurs marques à son nom, la plus connue étant "Le comté d'Auge". Certaines de ses étiquettes figurent son blason familial (deux rivières ondées d'azur avec poissons)" Il vendra également des cidres et calvados sous la marque du "Pèr'Siffleur".  

"Ses dépliants combinent d'ailleurs astucieusement folklore et conseils de bon aloi. Citons deux extraits représentatifs :

Si vous ressentez la pépie*

 Mal de cœur, de teste, de dents

Prenez contre ces accidents,

Un double de mon eau-de-vie.

 *pépie : grande soif

- Le cidre est la providence des arthritiques. [....]

Citons encore dans sa gamme cidricole, le Cidre Mousseux Vallée d'Auge puis Comté d’Auge, ses Calvados de 0 à 60 ans (soit de 1875 en 1935) ou sa Fine Normande -Vieux Calvados du Pays d'Auge, en cruchons numérotés de grès."[…]

Le comte distribuait des vins rouges dont du Saint-Emilion et du Châteauneuf-du-Pape, des vins blancs dont du Muscadet, du Champagne Rémi ou de l'Asti Spumante, des vins apéritifs dont du Porto, du Muscat et du Sol Real aux vins généreux d'Algérie, et diverses eaux-de-vie.[...] Il fut aussi  l'un "des distributeurs des encaustiques des moines de l’Abbaye de Saint-Wandrille (Yvetot) : crème-laque, cirage, cire jaune, blanche et paraffine, pâte à fourneaux Stilba ou brillant pour métaux. Le comte distribua également les cidres et calvados des Etablissements E. Rémond & Cie..." (1)

_________________________________________

(1) "Cidre et Calvados en Pays d'Auge"  de Maud Guichard et Benoît Noël   
 

4 Plus d'infos sur le livre ... cliquez ici

Image11.gif
Etiquette Vieux Calvados Comté d'Auge
Calvados Per'Siffleur  Comté d'Auge

Calvados Per'Siffleur

Bouteille créée par le Comte Richard

Calvados Per'Siffleur dans une bouteille créée par le comte

 

La guerre

Engagé volontaire en 1940, Robert de la Rivière échappe aux Allemands à Cherbourg pour les retrouver...dans son château où ils avaient élu domicile." En 1943, il cachait des jeunes" réfractaires du Service du Travail Obligatoire ou STO.  (voir article O.France, du 7.09.1981

Comme beaucoup de civils vivant à proximité de la voie ferrée Paris-Cherbourg, le comte fut réquisitionné à plusieurs reprises (entre mai 1942 et mai 1944) par les Allemands pour assurer la surveillance de nuit de la voie de chemin de fer. Pour prévenir tout sabotage de la voie ferrée, les autorités allemandes avaient ordonné que la ligne soit gardée par des civils français sur toute la longueur de son trajet dans le Calvados. Le plan de surveillance portait à 2.500 le nombre de requis quotidiens. 
 Ces réquisitions ont fait suite à un attentat qui se déroula en 1942. Dans la nuit du 16 avril, les résistants du Calvados sabotent la voie ferrée et le train de permissionnaires de la Wehrmacht "Maastrich-Cherbourg" déraille à Airan, entre Mézidon et Caen : 30 soldats sont tués. Suite à ce sabotage, les représailles allemandes sont terribles : 120 otages sont arrêtés. Exécutions et déportations vont s'ensuivre. 


"Il ne voulait pas commercer avec les envahisseurs."
La guerre porta un coup fatal à son activité commerciale; l'un de ses petits-fils explique : "lorsque j'étais enfant, il me disait avec regret, que la guerre avait tué son affaire car il n'avait pas voulu commercer avec les envahisseurs."
 

Ordre de réquisition
zoom_in.png
Richard et Jacqueline de la Rivière

Richard et Jacqueline de la Rivière

L'après-guerre,

 

Le comte s’investit dans les affaires de la commune, la généalogie et continue la rénovation du château. 

En 1946, il est élu conseiller municipal du Pré d'Auge, il siégera au conseil pendant 25 ans. 

Passionné de généalogie, Richard de la Rivière se lance dans les recherches approfondies sur ses ancêtres ; il écrit une monographie "Généalogie de la famille de La Rivière Pré d'Auge" qu'il présentera à la presse en 1973 et qu'il publiera en 1976.

4Article Ouest-France du 16 mars 1973 sur
les recherches généalogiques de Richard de la Rivière

Image6.jpg
zoom_in.png

Richard de la Rivière, passionné de généalogie

Années 1990 et 2000

Jacqueline et Richard de la Rivière : noces de diamant

1991 – Jacqueline et Richard de la Rivière fêtent leurs noces de diamant
 "Ils sont retournés dans la mairie où ils avaient prononcé leur consentement mutuel. Ils y ont été reçus par le maire, Marcel Lutsen et Liliane Demorieux, adjointe. Ensuite le comte et la comtesse de la Rivière Pré d'Auge se sont rendus en l'église où l'abbé Crochet, curé desservant a célébré une messe à leur intention" (Eveil de Lisieux, 12.09.1991)

1993 – Le comte Richard s'éteint au château le 11 décembre. 

2013 – Jacqueline de la Rivière fête ses 100 ans.
En 2007, Jacqueline de la Rivière est entrée en maison de retraite.
Ci-dessous, extrait d'un article publié dans le Pays d'Auge du 7 juin 2013

 "Chantal, sa seconde fille, va lui offrir la joie d'être grand-mère de 4 petits-enfants, puis arrière-grand-mère de 23 arrière-petits-enfants. […] Après avoir fêté ses noces de diamant, en 1991,elle a perdu son mari en 1993.  En 2010, elle s'est installée à la maison de retraite Villa Berat. Mais régulièrement, elle retourne dans la maison familiale du Pré d'Auge et ne manque également aucune élection dans la commune depuis 82 ans !
Lundi, entourée de sa famille, Jacqueline de la Rivière a fêté dignement ses 100 printemps. […] Pour l'occasion, toute l'équipe de la maison de retraite lui a souhaité un très joyeux anniversaire, accompagné d'un joli bouquet de fleurs. Jacqueline de la Rivière a marqué dignement cette date importante, savourant un bon repas, sans oublier de souffler les bougies de son gâteau d'anniversaire."

2015 – Jacqueline de la Rivière décède le 26 août dans sa 103e année.

Richard de la Rivière Pré d'Auge
Jacqueline de la Rivère 1913 - 2015

Richard de la Rivière                     Jacqueline de la Rivèire
1902-1993                                          1913 - 2015