Le Pays d'Auge, terre du cheval

Image29.jpg

 "Si la Normandie est la terre du cheval par excellence, le pays d’Auge en est son berceau", pouvait-on lire dans le quotidien Ouest-France (17.08.18) à propos du "circuit des haras" initié par l'office de tourisme de Lisieux.

On compte environ 15 000 chevaux dans le Pays d'Auge, qu'il s'agisse de chevaux de selle, de polo ou de pur-sang, répartis dans environ 300 élevages. C'est beaucoup mais la population bovine est beaucoup plus nombreuse encore : 118 609 bovins détenus par 1 704 éleveurs en 2014. (estimation de la CCI de Caen.

Sous l'impulsion du Duc de Morny, ouvrait en août 1864 l'hippodrome de Deauville La Touques, desservi par un train express reliant Paris à Trouville. L'intention était de concurrencer pour les courses de chevaux des villes comme Brighton, Dieppe et Baden-Baden.

Là encore, un nouvel enjeu économique va voir le Pays d'Auge s'adapter et mobiliser tout son potentiel pour concourir à développer un élevage de chevaux d'excellence.

Cette période va voir la naissance de nombreux haras (75 autour de Deauville, et parmi les plus réputés dans le Pays d'Auge ornais comme le Haras du Pin ), ayant pour but la reproduction et l'élevage des futurs champions.[...]

Se promenant aujourd'hui dans la campagne augeronne, on peut voir que coexistent chevaux de courses et chevaux de champ. Il y a les haras, souvent de très grands domaines mystérieux et impénétrables constituant la Formule I du cheval, auxquels revient le mérite d'entretenir et d'embellir la campagne augeronne, et, ici ou là, dans de nombreux prés, des chevaux bien ordinaires et tout aussi sympathiques".

Le pur-sang fut le résultat de croisements sélectifs entre juments locales et étalons arabes importés.

Exportés dans le monde entier, on compte aujourd'hui en millions le nombre de pur-sang élevés. [...]

Copyright © Marc GERONDEAU Avril 2009

Le pays d'Auge, terre du cheval
 

La Normandie est le pays des pommes, du cidre, du calvados, des vaches, des fromages (Pont-l'Evêque, Livarot, Camembert) et du cheval.

 

Le Pays d'Auge - entité aujourd'hui classée Pays d'Art et d'Histoire - est une région naturelle de Normandie

Mentionné dès le Xème siècle, le Pays d'Auge est une région vallonnée, humide, bocagère, parsemée de nombreux bois ou forêts.

Parmi tous les animaux domestiques peuplant le Pays d'Auge, il y a toujours eu, en dehors des vaches, le cheval.

Animal traditionnellement utile aux travaux des champs, au transport, à la course, également apprécié pour sa viande, le cheval a toujours fait partie du paysage augeron.

Un climat tempéré, une terre fertile et des herbages verts du printemps à l'hiver ont contribué à faire de cette région une terre d'élection pour l'élevage de chevaux.

Les Anglais avaient dès les 17e et 18e inventé les courses de chevaux, pour lesquelles ils développèrent une race qui est à la base des chevaux de compétition actuels, le "thoroughbred", traduit en français par "pur-sang (anglais)".

Le pur-sang fut le résultat de croisements sélectifs entre juments locales et étalons arabes importés.

Exportés dans le monde entier, on compte aujourd'hui en millions le nombre de pur-sang élevés. [...]

Les grandes races de chevaux

 

Le pur-sang anglais 

Le Pur-sang anglais est un cheval rapide qui trouve ses racines au XIe siècle en Grande-Bretagne, lorsque Guillaume Le Conquérant revient de ses croisades avec des étalons arabes et barbes.
Créé artificiellement par l'homme, le pur-sang est un croisement de juments anglaises et d'étalons orientaux.


En 1791, il est reconnu comme race à part entière et son stud-book est créé. Un stud-book est une sorte de livret de famille où sont répertoriés tous les ascendants.

Source : "L'Orne en Normandie"
Pur-sang

Pur-sang

Le trotteur français

Au XIXè siècle, les éleveurs de Normandie réalisent un croisement entre un demi-sang local normand et un trotteur Norfolk de Grande-Bretagne. Le trotteur français est né.
Réputé pour les courses de trot attelées ou montées, il mesure en moyenne 1,65 mètre.
Calme et gentil, ce cheval à la robe baie ou alezane peut être utilisé pour initier sans risque un enfant ou un débutant.

Trotteur français

Le selle français

Le selle français est un croisement entre un pur-sang anglais et une jument normande.
Créé par les éleveurs français, il est autrefois appelé « demi-sang » ou « anglo-normand » et prend le nom officiel de « selle français » en 1958.
Sa taille varie de 1,55 à 1,75 mètre et sa robe est souvent de couleur alezane, baie ou parfois grise et aubère.
Spécialiste dans les concours de saut d'obstacles, il est robuste et endurant. De caractère équilibré, il s'adapte à tous les climats, à toutes utilisations (obstacle, dressage, attelage, randonnée, enseignement) et à tous propriétaires.

Trotteur français

Selle français

Le percheron

Les allures

trot (1).gif

Trot

Gallop_animated.gif

Galop de travail

galop.gif

Galop

Percheron

Percheron

Ce cheval proviendrait d'un passé lointain et mystérieux. D'après une légende, le Percheron serait issu d'un croisement de chevaux lourds normands et de chevaux arabes capturés à Poitiers par Charles Martel en 732.
Monté par les chevaliers du Moyen-Age, il dégage une élégance noble. Le percheron est un outil de guerre important et fait partie intégrante de la vie des campagnes pendant des siècles. 
Avec son poids imposant de 900kg, le percheron réalise les tâches agricoles. Puissant et robuste, il tire les diligences, les fourgons des Halles, les omnibus…

 

 
En 1823, naît l'étalon Jean Le Blanc, descendant direct de Gallipoly, un étalon arabe. Il est considéré comme le « père » fondateur officiel et le grand améliorateur de la race percheronne. 
Le Percheron devient une véritable figure emblématique de la province du Perche. La société Hippique Percheronne (SHP) de France est fondée le 23 Juin 1883 à Nogent le Rotrou et un stud-book est ouvert. A la fin du XIXème siècle, il effectue tous les travaux de ferme : moissons, labours, transports de denrées… Par la suite,il est exporté dans de nombreux pays comme le Japon ou les USA, qui fondent à leur tour des stud-books. Pendant la Première Guerre Mondiale, il tire le matériel de guerre et les approvisionnements des soldats. Le milieu du XXème siècle marque la suprématie du moteur sur la traction animale. Ainsi, de 1960 à 1980, la race est en voie de disparition. Elle est reconvertie en animal de boucherie.

A la fin du XXème siècle, certains éleveurs français souhaitent remettre en avant le Percheron. Ils se tournent vers l'Amérique où cette race est en pleine expansion. Un bel étalon noir est rapatrié en France. Silver-Shadow-Sheik a pour mission de saillir les juments du Perche.
Au fil du temps, ces chevaux de trait sont remis en forme et sont partagés en deux catégories :
- Le trait percheron est utilisé pour les travaux agricoles ou le débardage (ex : les débardeurs forestiers en Allemagne).
- Le percheron diligencier, plus léger, est destiné à l'attelage et au loisir et permet par exemple, d'offrir des moments de convivialité, le temps d'une balade à calèche.
Elevé au cœur du Perche, sa réputation lui a permis un destin planétaire.