Photo colorisée de Czeslawa

fonction mémorielle ? historique ?

ou mise en spectacle ?

111.jpg
112.jpg

Photographies de Wilhelm Brasse colorisée en 2018 par l'artiste Marina Amaral. 
Source : photo  publiée sur le compte twitter @AuschwitzMuseum du Auschwitz Memorial

L'adolescente de la  photo 

Czeslawa Kwoka, 14 ans, Polonaise, Catholique, Matricule 26947, Auschwitz-Birkenau. Czesława et sa mère, Katarzyna, arrivent à Auschwitz le 13 décembre 1942, avec un convoi exclusivement composé de 318 femmes. Le père de famille a été exécuté comme beaucoup d’hommes, en Pologne. Katarzyna est assassinée le 18 février 1943. Moins d'un mois après, le 12 mars, sa fille subit le même sort, par injection de phénol dans le cœur.

Czeslawa fut assassinée par injection de phénol dans le cœur le 12 mars 1943.

La photo noir et blanc de Wilhelm Brasse

Cette photo avait été prise par Wilhelm Brasse, un déporté employé pour photographier les prisonniers nouvellement arrivés dans le camp. Le photographe, 75 ans plus tard, se souvenait bien de la jeune adolescente : "Elle était si jeune et si terrifiée. Elle ne comprenait pas pourquoi elle était là et elle ne comprenait rien de ce qu'on lui disait", a-t-il ainsi raconté en 2007 à la BBC. Wilhelm Brasse "s'est également rappelé qu'une Kapo, une femme qui encadrait l'arrivée des nouveaux arrivants au camp de concentration, a pris un bâton et a frappé à plusieurs reprises l'adolescente au visage.

La photo colorisée

Parce que les atrocités du passé ne doivent jamais être oubliées, en 2018, pour les 75 ans de la mort de Czesława, le Mémorial d'Auschwitz publie une version colorisée de la photo par l'artiste Marina Amaral.

Ce recadrage des deux photos publiées par le  Auschwitz Memorial Memorial nous permet de mettre en évidence le travail effectué par l'artiste Marina Amaral.

Sur Internet,  on peut trouver la même photo colorisée avec une meilleure résolution, des couleurs plus vives ; Photoshop est passé par là. Marina Amaral n'a pas modifié la qualité photographique du cliché d'origine. D'un point de vue technique, le travail de l'artiste est remarquable.

L'impact de la photo colorisée

La couleur gomme les marques du temps, elle établit un pont entre présent et passé. En quelque sorte, la jeune Czesława fait partie de  notre présent. Son regard déchirant nous empoigne avec plus de force encore que celui de la photo noir et blanc qui marque la distance du temps. Le cliché original nous présente un visage blafard qui masque les détails. La colorisation met en évidence  les ecchymoses, le triangle rouge, les marques du visage ainsi que la malpropreté du vêtement.

Fonction mémorielle

Pour les plus jeunes, cette photo colorisée facilite l'identification avec la jeune Czesława ; cependant, pour être positive, elle doit mener à une réflexion sur le passé ce qui suppose un accompagnement éducatif du jeune. Dans ce cas, la photo aura une fonction mémorielle.

Fonction historique

Du point de vue strict de l'histoire, cette photo colorisée qui veut effacer les marques du temps et qui renforce le contenu émotionnel est critiquable. Le document colorisé falsifie en quelque sorte le document original. Ce n'est donc plus une source d'information historique.

La mise en spectacle

Nos réactions émotionnelles sont instinctives et se manifestent de façon immédiate en dehors de toute réflexion. Nous sachant "drogués à l'info et à l'émotion", les médias sensationnalistes, par appât du gain, utilisent largement le registre de l'émotion dans leurs publications. En 2018, la photo de la jeune Czeslawa fut diffusée dans le monde entier sur des centaines de médias suscitant d'innombrables réactions émotionnelles, notamment sur les réseaux sociaux.

Souhaitons que chacune de ces publications ait été suivie d'une réflexion véritable sur le passé, sur la barbarie humaine.

Michel Tribehou, 2020

Sources

Site de Marina Amaral   https://marinamaral.com/

 Mémorial d'Auschwitz-Birkenau

Quotidien Le Monde

Rémy Besson, Institut d'histoire du temps présent, Montréal